l’Abbaye de Daoulas

0 / 5
Ajouter aux favoris Imprimer

Les jardins de l’Abbaye de Daoulas

L’abbaye de Daoulas est une ancienne abbaye de l’Ordre de Saint-Augustin.
Propriété du conseil général du Finistère depuis 1984, la gestion et l’animation de l’abbaye est confiée à l’Association pour le rayonnement de l’Abbaye de Daoulas. Elle organise depuis des expositions archéologiques, historiques ou ethnographiques de renommée internationale sur des sujets divers.
L’église et le cloître de l’ancienne abbaye font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 juillet 1886. Après une inscription en 1995, le porche de l’église abbatiale, dans sa totalité, fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 mars 2004.

Le Jardin

Le conseil général, après en être devenu propriétaire en 1984, décide de recréer un jardin de plantes médicinales.
Ce jardin complète un superbe parc, héritier de l’histoire des précédents occupants avec des arbres : cèdres, magnolias, camélias… et aussi une partie humide avec des gunéras, des iris…
La partie jardin botanique et médicinale est structurée selon le style des jardins d’abbayes, couvents et monastères du Moyen Âge et de la Renaissance et ce sont l’ensemble des jardins traditionnels d’une abbaye qui sont récréés.

Des plantes médicinales des cinq continents

En plus du jardin traditionnel en plates-bandes bordées de buis associant les fleurs aux plantes condimentaires et aromatiques, Daoulas comporte un jardin des plantes médicinales de Bretagne, un jardin des plantes médicinales des cinq continents, les plantes tinctoriales et les plantes toxiques.
Aux plantes habituelles, médicinales, condimentaires et aromatiques s’ajoutent, dans un espace spécifique, des plantes exotiques, magiques, en voie de disparition. l’extension du jardin se prolonge dans le cloître qui reçoit une ornementation de buis et fougères. Les ruines des communs mises au jour lors des fouilles archéologiques sont animées par des espèces végétales.
Jardin historique, il devient aussi un lieu d’échanges s’adressant aux particuliers ou aux professionnels à la recherche de savoirs et de compétences en matière de plantes médicinales. Il bénéficie aujourd’hui d’une reconnaissance scientifique et du soutien du Conservatoire botanique national de Brest, de la faculté de pharmacie de Lille et de la Société française d’Ethnopharmacologie de Metz. Une collaboration s’établit avec des spécialistes des plantes (ethnopharmacologue, laboratoire d’homéopathie…). Il s’agit de dépasser la simple exposition de plantes pour s’ouvrir sur la place du végétal dans notre société et en particulier son utilisation rationalisée dans le cadre de la santé.

Wikipedia

Choisir la mise en page
Position de l’en-tête
Style du Sous-menu